Apprendre à séduire : les bases pour bien débuter en séduction

Apprendre à séduire : les bases pour bien débuter en séduction

 

Regarder apprendre à séduire : les bases pour bien débuter en séduction sur Youtube

Retranscription texte :

Salut les players ! C’est Richard pour la Pickup Alliance. Et on se retrouve aujourd’hui dans un nouveau podcast, toujours en compagnie de mon ami Chrys.

Salut à tous !

Du site Drague Académie. Et dans ce podcast, on va répondre à la question fondamentale que tout apprenti séducteur se pose : « comment bien débuter en séduction ? » Est-ce que tu veux commencer Chrys ?

Non, non, je te laisse ! Tu as l’air d’avoir bien démarré. Vas-y !

OK ! Alors déjà, on avait noté pas mal de choses, et on pourrait commencer par exemple, la première chose dont on pourrait parler c’est : est-ce qu’il faut, déjà mêler théorie et pratique en parallèle, et déjà sur quelle théorie s’appuyer ? Sur quelle méthode finalement ?

Alors, en fait, je pensais dire qu’il y avait trois piliers en fait, justement. On me disait donc la pratique qui est indispensable, la théorie qui est, je dirai, presque essentielle aussi. On peut pratiquer sans théorie, mais dans ce cas-là, il faut beaucoup plus de temps pour arriver à déterminer les choses qui marchent et les bonnes manières de faire que… enfin sans ou avec. Et une troisième chose, ce sont les fondamentaux, ce qui est souvent oublié parce qu’on pense que la théorie sert de fondamentaux, or ce sont deux choses différentes.

Ah pour toi, les fondamentaux ne font pas partie de la théorie !

Oui ! Alors, quand je parle de fondamentaux, c’est apparence, c’est estime de soi, enfin inner game plus généralement.

Eh ben, c’est dans la théorie tout cela. C’est théorique finalement.

Non ! Ce n’est pas théorique, c’est encore autre chose. La théorie, je distingue la théorie de la séduction pure, tu vois, pour aborder…

Je crois qu’on va arrêter ce podcast tout de suite parce qu’on n’est pas d’accord !

Si tu veux, mais en fait, la théorie, il y a la théorie comment faire, tu vois. Il y a tout ce qu’il faut pour pouvoir bien le faire, tu vois. C’est-à-dire que par exemple l’éloquence, cela fait partie de tes compétences de base qui vont te permettre après de dérouler ton openeur, de faire ta transition ou d’avoir une conversation normale, etc.

— OK ! Je vois comment tu veux articuler ce truc.

— C’est cela les fondamentaux, et c’est en cela que cela se distingue de la théorie. Donc, pour moi, il y a trois points.

— Mais par contre, dans la théorie, il y a des théories qui nous disent : « habillez-vous bien. Mettez du parfum. »

— Oui ! Enfin ce sont les conseils de séduction, ce n’est pas vraiment de la théorie en soi.

— OK d’accord !

— Tu vois ! Pour moi, la théorie, c’est : comment aborder ? Comment escalader ? Comment embrasser, enfin amener le baiser ? C’est vraiment orienté vers le processus de séduction ! Voilà !

— Très bien ! Alors, toi, personnellement, comment tu as débuté en séduction ?

— Waouh !

— Est-ce que tu as commencé par lire des livres, te former par exemple, ce qui est important aussi parce qu’on en parlera tout à l’heure ?

— Non ! Et je pense que c’est l’une des erreurs que j’ai faites, c’est que moi, j’ai démarré un petit peu en natural, si on peut dire cela comme cela.

— Ouais, d’accord !

— C’est-à-dire que j’ai commencé à faire, enfin à demander des conseils, ma route, si c’était le bon train pour aller à tel endroit, etc. aux filles, sans avoir aucune théorie de base. Et du coup, j’ai perdu pas mal de temps à cause de cela.

— Tu as voulu vraiment ne rien lire finalement sur la séduction ?

— Ce n’est pas cela ! Ce n’est même pas que je ne voulais rien lire, c’est que je ne savais même pas que cela existait en fait.

— OK, d’accord ! C’est cela !

— C’était il y a dix ans, donc ce n’était pas… À l’époque, la séduction n’était pas du tout développée. Il y avait quelques forums, mais très peu. C’était surtout aux États-Unis à l’époque que cela commençait à se développer. Du coup, je ne savais même pas que cela existait et quand j’ai commencé à lire la théorie, c’est là où j’ai commencé à avoir des réponses.

— Ouais !

— Pas forcément les bonnes réponses, mais j’ai eu des réponses et des manières de faire qui étaient déjà meilleures que ce que je faisais à la base et ce que je n’aurais peut-être jamais su faire sans théorie quoi. Ou alors, j’aurais mis des années à déterminer sans théorie. Donc, la pratique à elle seule demande énormément de temps. C’est pour cela que j’en parle de temps en temps. J’ai écrit un article il n’y a pas si longtemps, dont le titre était assez évocateur, c’est : « la pratique ne fait pas tout ». Voilà ! Donc, il faut un peu de tout quoi !

— Un peu de tout !

— Et surtout aussi, les fondamentaux, c’est un autre truc que j’ai négligé pendant longtemps, parce que moi aussi je pensais que la théorie et la bonne méthode permettaient d’avoir le résultat indépendamment de son apparence, de son look, de son éloquence, de son aisance sociale, etc., et de son estime de soi parce que l’estime de soi détermine énormément de choses dans la vie. Elle détermine la qualité de vie même, nos ambitions, ce qu’on croit être capable ou non de faire, les filles qu’on croit pouvoir séduire ou non. Même son niveau de performance est déterminé par l’estime de soi. C’est quelque chose de vraiment essentiel pour la séduction.

— Donc cela, c’est un premier point. Est-ce que tu aurais par exemple des livres, des formations que tu recommanderais ?

— Eh ben, les miens !

— Déjà oui, les tiens, ils sont super. Tes livres, ils sont super. Mais moi, personnellement, enfin mon expérience, j’ai quand même… Pendant huit en en fait, je n’ai jamais voulu et je sais qu’il y a beaucoup de personnes qui s’entraînent dans le gratuit, qui aiment bien lire les articles, machins et tout. C’est très bien, il y a beaucoup d’informations qui sont lucides. Mais moi, je sais que j’ai perdu quand même six ans de ma vie à vouloir mettre en pratique des conseils que je lisais sur les sites de séduction. Et ce qui est malheureux, c’est que sur ces sites-là, il y a beaucoup d’informations qui se contredisent. Donc, finalement, on ne sait plus trop sur quelle information se fier.

— Il y a pas mal d’informations, c’est recyclé, ils sont repris…

— C’est vrai qu’ils sont repris ! Donc, on ne sait plus quoi faire exactement ! Et du coup, depuis le jour où je me suis vraiment mis à me former, à prendre de vraies formations où vraiment, le contenu était condensé et bien ficelé, bien fait, tout de suite, mon cerveau s’est branché quoi ! Il s’est branché et tout de suite c’est devenu plus clair, plus limpide et c’est là vraiment que j’ai commencé à avoir de vrais résultats.

— Eh ben, moi, je vais peut-être en décevoir plus d’un, mais en fait, moi je lis très peu de contenu gratuit en fait. C’est par exemple les blogs, quand je découvre un ou deux articles pas mal d’un blog, je vais tout de suite acheter le bouquin à partir du moment où il est accessible.

— Et puis franchement, mettre 20 balles dans un bouquin, cela ne va pas vous mettre à la rue. Ce n’est pas non plus…

— Même moins avec Kindle et tout cela. On peut acheter des bouquins encore moins chers.

— Et puis franchement, voilà, c’est quand même…

— …et c’est remboursé.

— Franchement, vous vous investissez sur vous.

— Hein !

— Investissez sur vous. Mais je ne comprends pas, il y a beaucoup de gens qui sont très matérialistes de nos jours.

— C’est le socialisme !

— Ouais ! Par exemple…mais non, ce qui est fou, c’est que je sais qu’il y a beaucoup d’entrepreneurs dans 00:07:33 qui ne sont pas bloqués par investir. Et je parle d’investissement, pas de dépense. Je parle vraiment d’un investissement. Et on investit plus facilement, finalement pour sa boîte, parce qu’on sait derrière qu’il y aura un retour sur l’investissement avec de l’argent. Du coup, c’est le matériel derrière, on pourra s’acheter de truc. Alors qu’il y a beaucoup moins de personnes dans le développement personnel qui sont prêtes à acheter, à investir dans des produits pour se sentir mieux, être plus heureux et puis s’épanouir.

— Ce qui est assez bête de mon point de vue, puisque finalement en fait, il y a toujours une différence entre le gratuit et le payant. Le payant est toujours de meilleures qualités.

— Totalement !

— Forcément !

— Parce qu’il y a eu du temps. La personne a passé du temps dessus.

— On sait que la personne va acheter, il faut qu’elle soit satisfaite puisqu’elle a quand même des attentes et du coup, on donne le meilleur. En tous cas, quand on est, on va dire, un écrivain ou un entrepreneur malin, on cherche à donner le meilleur pour satisfaire le client, pour qu’il puisse revenir aussi, pour qu’il puisse nous faire confiance derrière, qu’il accroche à notre contenu et qu’il puisse acheter d’autres produits sans être forcément, on va dire, quelqu’un d’extrêmement généreux. Rien que pour cela, on est forcé de donner le meilleur. Et voilà, c’est un petit peu le choix pour quelques euros de plus, avoir le meilleur ou avoir quelque chose de basique.

— C’est cela !

— Cela fait une grosse différence ! Enfin, moi, à titre personnel, je préfère avoir quelque chose qui m’apporte le plus, quitte à investir un tout petit peu plus d’argent qu’à avoir des conseils basiques. Et franchement, je pense que je ne m’en serai jamais sorti en allant choper trois ou quatre conseils de développement personnel à droite à gauche.

— Moi, je sais que moi je me suis perdu totalement. Je ne savais plus trop comment me comporter. Et finalement, je créais de la répulsion chez les filles. Et le jour, je t’ai dit où j’ai vraiment commencé à me dire : « je m’en fiche, je mets 30 balles, des formations à 97 €, même 200 €. » J’ai vraiment investi sur moi et c’est là vraiment que j’ai senti la différence. Donc voilà, c’était un point dont je voulais parler. Pour venir du coup au début, au commencement, je voulais parler de la fréquence et du temps qu’il faut pour devenir un bon séducteur. Alors, évidemment, c’est lié finalement à comment vous allez… à quelles informations vous allez ingurgiter ?

— C’est très aléatoire en fait comme…

— Il y a votre motivation surtout ! Moi personnellement, je sais… Je sais qu’au début, je me suis mis vraiment pendant six mois à fond, où j’y allais cinq fois par semaine et je me faisais une à deux heures de Pickup par jour. Et c’est là où j’ai vraiment senti le résultat. C’est là où j’ai limite pris 80 % de mon game. Donc, cela peut être très rapide. C’est comme la course à pied finalement. Cela peut venir très rapidement. Il faut juste être très régulier. C’est comme le sport finalement, si on veut…

— Plus on investit et plus…

— Si on veut prendre du muscle, on y va…

— C’est comme tout ! C’est pareil pour l’écriture. Moi, quand j’ai commencé à écrire, j’étais nul. J’écrivais très lentement, très mal, beaucoup de fautes d’orthographe, des phrases pas claires. Et puis au fur et à mesure, plus je me suis mis à écrire, plus j’écrivais vite, mieux, de plus en plus claire, de plus en plus bref, concis, plus je trouvais des idées en écrivant, etc. Et du coup, tout se perfectionne par la pratique où on devient meilleur. On devient meilleur par la pratique pour tout.

Et plus, c’est constant. Alors, je dirais que l’essentiel est d’être constant avant de faire beaucoup d’un coup. Moi, je préfère à la rigueur, tu sais, enfin je préfère conseiller de faire deux ou trois approches par jours, même en y passant uniquement dix minutes. Mais sur une assez longue durée plutôt que de faire quatre heures, une fois par mois, ou une fois par semaine. Et c’est pareil pour la muscu finalement. Si tu t’entraînes, il vaut mieux s’entraîner 20 minutes par jour.

— Cela a été prouvé d’ailleurs, de faire plutôt régulièrement et par petit bout que…

— Cela ne m’étonne pas. La muscu, c’est pareil. Il vaut mieux faire 20 minutes de muscu six fois par semaine que quatre heures une seule fois.

— Ouais ! Totalement !

— Et c’est pareil pour la séduction aussi, c’est pareil pour l’écriture, c’est pareil pour sans doute à peu près tout.

— Donc, soyez régulier ! Pour la pratique, tu conseillerais quoi : commencer par la rue, les soirées, les jardins et les magasins ? Je ne sais pas moi !

— Eh bien, je conseillerais d’aller dans les lieux où on se sent plus à l’aise et les contextes où on se sent le plus à l’aise au départ.

— C’est dans sa zone de confort, tu conseillerais.

— Non, puisque déjà, le fait d’aborder, c’est de sortir de sa zone de confort déjà. Mais on va dire qu’il y a une manière de progresser de sortir de cela, de sortir de sa zone confort plutôt que d’aller, je ne sais pas, un samedi après-midi à 15 heures à Châtelet-Les Halles et aborder une fille au milieu d’une cinquantaine de personnes comme cela. Il vaut peut-être mieux aller dans un parc où la fille est esseulée et où on ne se sentira pas regardé par des gens extérieurs.

— Personnellement, j’adore les parcs. J’ai débuté vraiment par cela. Maintenant, je fais beaucoup de streets parce que je me sens plus à l’aise. Mais les parcs, je trouve que c’est vraiment une bonne…

— Moi, j’ai commencé, comme j’étais à Lille au départ, il n’y avait pas de parc. Enfin, il y a un petit parc, mais il n’y a pas de nanas là-bas. Du coup…

— Parce que les filles, déjà, elles sont dans un contexte…

— …enfin quand je ne faisais pas partie de la communauté, on va dire, quand j’ignorais tout, je faisais cela dans les gares.

— C’est très bien, ouais !

— Ce sont les filles qui attendent toutes seules à midi, une heure…

— Parce que c’est bien, parce que les filles qui sont là, sont dans un état d’esprit aussi particulier et plus ouvert du coup à la discussion.

— En fait, d’apparence, je sais que les trains, enfin, les gares sont aussi des lieux de drague assez connus et il y a beaucoup de gens aussi qui cherchent la facilité. Et du coup, ce n’est pas forcément parce qu’elle attend et qu’elle semble plus ouverte qu’elle l’est en réalité.

— Mais, je te parle vraiment dans les parcs.

— Ouais, dans les parcs, je suis d’accord. Dans les gares, cela ne passe pas toujours. Mais en fait, il faut aller là où on se sent le plus à l’aise au départ. Si tu préfères aller en boîte de nuit parce que tu te sens plus à l’aise, commence par la boîte de nuit. Si tu préfères la journée parce que tu es un peu plus réservé, tu ne bois pas d’alcool ou peu importe, parce que c’est un milieu que tu préfères naturellement, tu fais de la drague en journée. Peu importe, le but du jeu, c’est de démarrer. Une fois que tu as démarré après tu peux augmenter la difficulté au fur et à mesure.

— OK ! Ben écoute, super ! On va en finir là. Merci, Chrys, en tous cas, pour tous tes conseils.

— Je t’en prie.

— Et si vous voulez aller plus loin, il y a ma formation Pickup Artist Evolution. Je vous mets le lien juste dans la description. Et il y a un (i) aussi qui va apparaître en haut à droite de l’écran, vous pouvez cliquer dessus et vous serez directement redirigé vers la page de présentation. Sur ce, je vous dis à la prochaine pour une prochaine vidéo. Ciao, ciao !

— Ciao !

À propos de l'auteur Voir tous les articles Auteur du site

Richard

Pick-Up Artist et coach séduction à la Pickup Alliance j'utilise la science comme outil de développement personnel pour aider les personnes à être plus heureuses dans leur vie personnelle et sentimentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié. Les champs requis sont marqués *

2 Partages
Partagez1
Tweetez1
+1
Partagez