Mâle beta : un mâle alpha en sommeil ?

Tout le monde connaît le fameux mâle alpha, mais qui connaît le mâle beta ?

Il existe pourtant bel et bien, et il est beaucoup plus présent qu’on ne le croit.

Et le mâle beta a souvent mauvaise réputation dans notre société actuelle.

Mais cette réputation est-elle vraiment justifiée ?

Être un mâle beta est-il vraiment incompatible avec la séduction ?

Voici toutes les réponses aux questions que les hommes se posent à propos du mâle beta.

Différences entre mâle beta et mâle alpha

De tous les types de séducteurs, le mâle alpha est certainement le plus connu.

Ce dernier affiche une confiance en lui à toute épreuve, et donne l’impression de pouvoir séduire n’importe quelle femme.

Il est souvent perçu par les femmes comme LE partenaire sexuel idéal.

Les femmes seraient donc naturellement attirées par le mâle alpha.

Pour comprendre cette conception, il faut remonter à nos origines les plus primaires.

C’est le biologiste Konrad Lorenz, prix Nobel de médecine, qui a mis en lumière la prépondérance de la génétique dans la séduction.

D’après lui, nos choix en matière de partenaire seraient uniquement guidés par notre instinct.

En réalité, une femme ne déciderait pas d’elle-même par quel type d’homme elle est attirée.

Elle rechercherait en effet en priorité le meilleur géniteur, capable d’assurer la survie de l’espèce.

D’après cette théorie, le mâle beta n’aurait donc que très peu de chances de trouver une partenaire.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’alpha est le seul à pouvoir disposer des femelles du groupe chez les animaux.

Et c’est aussi ce qui se produisait chez l’homme préhistorique.

Le mâle beta semble donc condamné à être éternellement victime d’une mauvaise réputation.

La mauvaise réputation du mâle beta

Si l’on en croit les travaux de Konrad Lorenz, les femmes ne choisissent qu’un mâle alpha.

Et qu’on le veuille ou non, notre perception est grandement influencée par notre instinct de conservation.

C’est pourquoi le mâle beta est souvent mal perçu dans notre société actuelle.

On parle en effet d’un homme faible, manquant de virilité et de confiance en lui.

En bref, un homme incapable d’assurer la survie de son espèce.

Le mâle beta serait donc un homme qui a peu de chances de plaire aux femmes.

Cela signifie-t-il que le mâle beta est condamné à rester seul toute sa vie ?

Fort heureusement, c’est très loin d’être le cas.

Le mâle alpha n’est en effet pas le seul homme à être capable de perpétuer l’espèce humaine.

Ceci est du en grande partie à la civilisation de l’humain, qui a quelque peu influencé notre code génétique.

Désormais, d’autres critères comme les sentiments amoureux viennent peser dans la balance.

Les femmes peuvent donc tout à fait être attirées par un mâle beta.

Le mâle beta, une vérité relative

Le mythe du mâle alpha n’est pas inébranlable, et sa perception très relative.

Il n’existe pas de définition absolue du mâle alpha, ni du mâle beta d’ailleurs.

Pour faire simple, un mâle alpha possède une grande valeur sexuelle.

Quant au mâle beta, il possède une grande valeur relationnelle (source : neo-masculin.com).

Et toutes les femmes n’ont pas les mêmes attentes en ce qui concerne leur partenaire.

Certaines vont en effet rechercher un partenaire sexuel, qui soit viril et capable de lui offrir la meilleure descendance possible.

Un mâle alpha donc.

Mais d’autres vont privilégier un partenaire aimant et protecteur, en présence de qui elles vont se sentir en sécurité.

On parle donc du mâle beta.

Par ailleurs, toutes les femmes n’ont pas la même conception du mâle beta et de l’alpha.

Un homme peut en effet représenter un alpha pour certaines, et être un beta pour d’autres.

A contrario, un homme beta pour une femme peut très bien représenter un mâle alpha pour une autre.

Tout dépend de ce qu’elle recherche à tel ou tel moment, en sachant que les attentes d’une femme varient souvent au cours de sa vie.

La différence entre mâle beta et mâle alpha est donc très relative.

Mâle beta ou mâle alpha : et si on était les deux ?

Beaucoup d’hommes pensent qu’un homme beta ne peut pas devenir un homme alpha.

Et qu’à l’inverse, un homme alpha ne sera jamais un homme beta.

Or, il ne s’agit pas d’une considération purement manichéenne.

En vérité, un homme peut tout à fait être à la fois beta et alpha.

D’une part, parce que la notion d’alpha et de beta varie selon les femmes.

Et d’autre part, parce qu’un homme peut tout à fait être à la fois un bon géniteur et un bon mari.

La société moderne a en effet contribué à effacer peu à peu cette distinction entre valeur sexuelle et relationnelle.

Un homme alpha devient d’ailleurs souvent un mâle beta quand il rencontre l’âme soeur.

La principale qualité d’un homme n’est donc ni d’être un bon amant, ni un bon père.

L’essentiel est de parvenir à être un peu de tout cela à la fois.

À propos de l'auteur Voir tous les articles

Richard

Richard

PickUp Artist et fondateur du site Pickup Alliance j'utilise la science comme outil de développement personnel pour aider les personnes à être plus heureuses dans leur vie personnelle et sentimentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié. Les champs requis sont marqués *