Comment sortir de sa zone de confort sans trop d’inconfort

zone de confort

La zone de confort est un concept de développement personnel relativement nouveau.

Avec la démocratisation du développement personnel, un tas de nouveaux concepts se sont en effet intégrés au langage commun.

La zone de confort, ou comfort zone comme disent les Anglo-saxons, est l’un des plus connus.

Il y a une dizaine d’années, seuls les initiés au développement personnel ou à la séduction connaissaient le terme.

Aujourd’hui, il est devenu familier pour à peu près tout le monde.

Toutefois, le concept est encore flou dans l’esprit des gens.

Bien qu’on ait une vague idée de ce qu’est la zone de confort, trop peu réalisent à quel point elle est importante.

Autant pour sa réussite et que son épanouissement personnel.

Et pour un homme qui pratique la séduction, ou tout du moins qui désire améliorer sa vie sentimentale, c’est encore plus important.

Car séduire implique de savoir comment sortir de sa zone de confort.

En effet, le pire défaut en séduction, ce n’est pas le manque de conversation ou de tchatche.

Ce n’est pas non plus le manque de techniques pour attirer les filles, ou pour faire avancer le processus.

Le pire, c’est rester dans sa zone de confort, ne pas oser en sortir quand cela est nécessaire.

Mais avant de vous expliquer comment sortir de sa zone de confort, et qui plus est sans vous mettre dans une position trop inconfortable, il convient de voir à quel « ennemi intérieur » on a affaire.

Zone de confort : définition

En écrivant cet article, je me suis rendu compte que donner une définition de la zone de confort n’était pas évident.

Il y a en réalité plusieurs façons de définir la zone de confort.

Il faut déjà commencer par en délimiter les contours.

Notre zone de confort est l’ensemble de ce que nous avons l’habitude de faire, et ce dans quoi nous sommes à l’aise.

Et tout ce que nous n’avons pas l’habitude de faire, qui nous met dans une situation inconnue, inconfortable, voire carrément anxiogène, est en dehors de celle-ci.

Par exemple :

  • le chez soi fait partie de la zone de confort
  • acheter une baguette de pain à la boulangerie d’à côté (ou toute autre transaction quotidienne) fait partie de la zone de confort
  • proposer à une copine si elle veut prendre un verre samedi soir fait partie de la zone de confort
  • parler à son groupe de potes fait partie de la zone de confort

A contrario :

  • un pays étranger dont on ignore tout (y compris la langue) est en dehors de la zone de confort
  • acheter un bien immobilier pour la première fois est en dehors de la zone de confort
  • proposer un verre à une fille ne connaissez pas très bien est en dehors de la zone de confort
  • parler face à un public inconnu, si c’est un exercice auquel on n’est pas (ou peu) accoutumé, est en dehors de la zone de confort

Mais j’ai une seconde définition à vous proposer.

Une définition de la zone de confort qui donne une idée plus concrète de l’importance d’oser en sortir.

La zone de confort est une prison mentale dans laquelle nous nous enfermons nous-mêmes, afin d’éviter toute sensation ou émotion négative.

Oui, vous avez bien lu : c’est une prison mentale, dont les murs et les barreaux sont faits de peur, de doute et d’anxiété.

Une prison « dorée » dans laquelle nous nous sentons relativement à l’aise, et dans laquelle rester enfermé ne nous pose pas tellement d’inconvénient.

Nous aimerions en sortir, mais cela impliquerait de se retrouver à l’extérieur, dans un environnement inconnu et inconfortable.

Vous aimeriez en sortir afin de rencontrer cette fille qui se trouve à l’extérieur ?

Mais l’idée de vous exposer à l’inconnu et au rejet vous angoisse.

Alors vous préférez rester à l’intérieur.

La bonne nouvelle, c’est que vous y êtes enfermé volontairement.

Vous avez donc les clés pour en sortir !

Pourquoi sortir de sa zone de confort est nécessaire ?

Les raisons pour lesquelles vous devez apprendre à quitter votre zone de confort sont nombreuses.

Pour rester concis, je vais vous donner les principales pour lesquelles vous devriez oser en sortir.

Votre zone de confort vous empêche d’avancer

Sortir de sa zone de confort met mal à l’aise.

Alors on préfère renoncer aux nombreuses aspirations et opportunités qui se présentent à nous, et on reste bloqué au même point, avec le sentiment de ne pas avancer.

N’avez-vous jamais eu envie de faire quelque chose, ou d’avoir une idée que vous vouliez concrétiser, mais d’y renoncer juste parce que ça vous forçait à sortir de votre zone de confort ?

Moi oui, des tas de fois !

C’est simple : si vous préférez rester dans votre zone de confort à chaque fois, vous n’avancerez pas.

On devient plus résilient, expérimenté et confiant

Ne pas sortir de sa zone de confort comporte un inconvénient majeur : celui de ne pas avancer dans la vie (ou très, très lentement).

Oser en sortir vous apporte au contraire des bénéfices inestimables.

Outre le fait que c’est essentiel pour avancer dans la plupart de ses projets, à chaque fois que vous sortez de votre zone de confort vous gagnez en expérience, en résilience et/ou en confiance.

Par exemple, admettons que vous décidiez de sortir de votre zone de confort pour aborder une fille que vous croisez dans la rue.

Même si vous vous faites rejeter :

  1. Vous vous rendrez compte que le rejet n’est si grave. En tout cas beaucoup moins que vous l’imaginiez. Peut-être même que vous vous direz que c’est ridicule d’avoir raté autant d’occasions par le passé.
  2. Vous en tirerez une leçon sur ce qu’il faudra faire de mieux la prochaine fois, et ce qu’il faudra éviter de faire.
  3. Vous vous sentirez légèrement plus à l’aise lors de la prochaine approche.

Et imaginez que vous réussissiez : quel boost ce serait pour votre confiance et estime de vous-même !

En réalité vous avez bien plus à perdre à rester dans votre zone de confort qu’à en sortir.

Oser sortir de sa zone de confort régulièrement = plus de réussite auprès des femmes

Il y a un lien évident entre la faculté d’un homme à sortir de sa zone de confort et sa réussite avec les femmes.

D’une part, parce qu’avoir du succès auprès des femmes implique d’être proactif.

Vous devez :

  1. Aller vers les femmes, pas seulement celles qui sont seules, mais aussi celles qui sont accompagnées.
  2. Leur faire la conversation, ou faire la conversation au groupe dans lequel elles se trouvent.
  3. Leur demander leur numéro, puis leur proposer un rendez-vous.
  4. Les revoir, escalader, les isoler, etc.

Toutes ces actions impliquent de sortir continuellement de sa zone de confort, au moins légèrement.

Et ce, même quand on a l’habitude de séduire (car les réactions des femmes restent toujours inconnues).

Savoir sortir de sa zone de confort est une compétence à part entière.

Plus vous la possédez, plus vous serez en mesure de rencontrer les femmes dans différents contextes, et les séduire.

D’autre part, comme je l’ai précisé dans le point précédent, sortir régulièrement de sa zone de confort augmente la confiance et l’estime de soi.

Et les femmes raffolent des hommes confiants et bien dans leur peau.

On ne devient épanoui que lorsqu’on sait repousser ses limites !

Rester dans sa zone de confort permet peut-être d’éviter l’inconfort à court terme.

Mais à moyen et long terme, cela risque de vous frustrer car vous n’avancez pas.

Vous êtes toujours la même personne (avec quelques années de plus), dans la même situation (si celle-ci n’a pas empiré).

Sortir de sa zone de confort régulièrement, au contraire, va vous mettre dans l’inconfort à court terme (pendant 10 minutes, 1 heure ou quelques jours).

Mais cela vous rendra plus épanoui dans la vie et plus heureux sur le long terme.

Quelqu’un qui sort régulièrement de sa zone de confort entreprendra les choses qui lui tiennent à cœur et atteindra la plupart de ses objectifs.

Sa zone de confort : osez en sortir sans trop d’inconfort

Nous avons vu quelle était la définition de la zone de confort et les raisons principales pour lesquelles vous devriez oser en sortir.

Voyons à présent COMMENT sortir de sa zone de confort, sans vous sentir trop mal à l’aise.

Je vais vous donner 5 conseils qui vous aideront à atteindre ce but.

1. Définissez un objectif

Avoir envie de sortir de sa zone de confort, c’est bien.

Mais encore faut-il avoir des raisons concrètes et motivantes d’en sortir.

Prenez un papier et un crayon, ou ouvrez un fichier Word sur votre ordinateur si vous préférez.

Puis notez la raison pour laquelle (ou les raisons pour lesquelles) vous voulez sortir de votre zone de confort.

Cela peut-être :

  • parce que je veux être capable de rencontrer et séduire des femmes dans la rue
  • parce que je veux devenir un excellent orateur, donner des conférences dans le monde entier
  • ou n’importe quoi d’autre

Puis, tournez cette raison sous la forme d’un objectif formulé au présent et sous une forme positive.

Par exemple : « parce que je veux être capable de rencontrer et séduire des femmes dans la rue facilement » deviendra : « je rencontre et séduis des femmes dans la rue facilement. »

Vous aurez une bonne raison de vous faire violence pour sortir de votre zone de confort.

Avoir un objectif clair, réalisable et motivant vous aidera à oser sortir de votre zone de confort.

Vous pourrez vous en souvenir au moment de passer à l’action, et vous dire que cet objectif est plus important à long terme que d’échapper à un court moment d’inconfort.

2. La méthode du « défi progressif »

Cette méthode a été proposée par Neil Strauss – l’auteur de du roman The Game – dans son guide « The Rules of the Game » (Les règles du jeu).

Le principe est simple : élargir progressivement sa zone de confort grâce à une série de petits défis, qui deviennent un peu plus difficiles au fur et à mesure.

Attribuez-vous maintenant un petit défi qui va vous permettre de faire un premier pas en direction de cet (ces) objectif(s).

Veillez à ce que ce défi soit difficile, en tout cas suffisamment pour que vous sortiez de votre zone de confort.

Mais ne soyez pas trop exigeant avec vous-même non plus.

Reprenons par exemple l’objectif d’être capable d’aborder n’importe quelle fille dans la rue.

Un premier défi pourrait être d’adresser la parole à 3 inconnues par jour, pendant une semaine.

Puis, si vous êtes parvenu à accomplir ce défi, augmentez la difficulté la semaine suivante.

Osez adresser la parole ET engager la conversation avec une fille (d’au moins 30 secondes) avant de partir.

Là encore, avec 3 inconnues par jour durant une semaine.

Ensuite : adresser la parole, démarrer une conversation et tenter de la faire durer au moins 2 minutes.

Toujours avec 3 inconnues par jour, durant une semaine.

Et ainsi de suite, jusqu’à ce que vous ayez élargi votre zone de confort jusque là où vous le vouliez.

3. Relevez les autres « petits défis du quotidien

En plus des défis ci-dessus, relevez aussi les petits défis qui se présentent à vous dans votre vie quotidienne.

Vous n’en avez peut-être pas conscience, mais tous les jours vous avez tendance à éviter de faire de petites choses afin de ne pas vous mettre dans une situation inconfortable.

Par exemple, votre voisin écoute de la musique à fond et vous aimeriez taper à sa porte pour qu’il baisse le volume.

Mais vous ne le faites pas, parce que vous n’avez pas envie de vous confronter à lui.

Vous préférez rester dans votre zone de confort.

En rentrant dans un bus bondé, vous remarquez qu’il reste une place assise, mais la personne à côté y a posé son sac.

Vous aimeriez lui demander si elle peut retirer son sac pour que vous puissiez vous asseoir.

Mais vous y renoncez parce que vous n’avez pas envie de déranger et d’adresser la parole à une inconnue.

Vous préférez rester dans votre zone de confort.

On vous invite à passer un week-end à étranger, mais vous ne connaissez ni le pays ni la langue.

Alors vous préférez décliner l’offre et rester dans votre petit cocon.

Il y a un tas de choses comme celles-ci que vous avez tendance à éviter sans vous en rendre compte.

Un bon exercice serait de percevoir ces petites choses-là comme des défis quotidiens à relever.

Vous pourriez ainsi vous accoutumer aux situations légèrement inconfortables.

Pour rendre l’inconfort un peu plus confortable pour vous.

Si vous relevez tous ces défis qui s’offrent à vous dans votre vie de tous les jours, vous serez plus à même de sortir de votre zone de confort.

4. Éduquez-vous en amont !

Votre anxiété ne vient pas seulement de l’action, mais plus globalement de l’inconnu.

Par exemple, pour aborder une fille, vous n’avez pas seulement peur de passer à l’action.

Vous avez aussi peur parce que vous ne savez pas ce qu’il faut dire et faire après.

Alors vous devez vous renseigner un maximum en amont, en lisant des conseils sur le sujet.

Ainsi, aborder une fille ne vous semblera plus tout à fait inconnu.

Vous saurez en effet – au moins dans la théorie – ce qu’il faut dire et faire.

Évidemment, se préparer à la pratique ne va pas effacer toute l’anxiété que vous ressentez.

Mais il peut quand-même en amputer une partie, ce sera déjà ça !

Puis faites un nouveau brainstorming de tout ce que vous devriez apprendre en amont :

  • tes compétences et informations relatives à la pratique que vous avez besoin d’acquérir
  • Toutes les actions que vous avez besoin de faire pour vous préparer au mieux

Notez aussi les bouquins et les blogs que vous devriez lire sur le sujet, les formations à suivre, etc.

Plus vous en saurez et moins passer à l’action vous semblera difficile et anxiogène.

Échouez !

Sérieusement : échouer vous fera du bien !

Plus vous échouerez, plus vous relativiserez l’échec et moins vous en aurez peur.

Vous réaliserez aussi que l’échec est avant tout un moyen d’apprendre.

Et plus vous saurez mettre votre ego de côté, et vous défaire de votre foutu perfectionnisme.

Tous ceux qui entreprennent et réussissent ont échoué par le passé.

Je peux vous citer un tas d’exemples connus :

  • Thomas Edison a échoué plus de 1000 fois à fabriquer l’ampoule avant de parvenir à l’inventer.
  • Albert Einstein a été recalé de l’École polytechnique fédérale de Zurich.
  • Bill Gates a abandonné ses études à Harvard, et sa première entreprise a fait faillite.
  • Michael Jordan (reconnu comme le plus basketteur de tous les temps) a déclaré : « j’ai raté plus de 9000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu près de 300 matchs. 26 fois, on m’a fait confiance pour prendre le tir de la victoire et j’ai raté. J’ai échoué encore et encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi je réussis ».

Vous accoutumer à l’échec, comme à l’inconfort, vous donnera les armes nécessaires pour oser sortir de votre zone de confort.

Donc : embrassez l’échec au lieu de chercher à l’éviter.

À propos de l'auteur Voir tous les articles

Richard

Richard

PickUp Artist et fondateur du site Pickup Alliance j'utilise la science comme outil de développement personnel pour aider les personnes à être plus heureuses dans leur vie personnelle et sentimentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié. Les champs requis sont marqués *