Éjaculation précoce : en finir une bonne fois pour toute

0 Partages

L’éjaculation précoce est, après les troubles de l’érection, le problème sexuel le plus fréquent chez l’homme.

On parle d’éjaculation précoce lorsqu’un homme est incapable d’avoir un rapport sexuel prolongé sans éjaculer.

Ceux qui en souffrent sont généralement incapables de tenir plus de quelques minutes, parfois plus de quelques secondes !

Et ce qui pose vraiment problème dans l’éjaculation précoce, c’est que la durée trop courte des rapports sexuels laisse sa partenaire sur sa faim, insatisfaite.

Elle le considère ensuite comme un mauvais amant, ce qui a 2 conséquences négatives.

  1. D’abord, l’éjaculation précoce nuit directement à sa confiance sexuelle, et par extension à son épanouissement.
  2. Ensuite, l’éjaculation précoce compromet ses chances d’avoir une relation amoureuse.

Car, qu’elle l’admette ou non, une femme aura rarement envie de garder un homme dans sa vie si elle le pense incapable de la satisfaire sexuellement.

Le sexe n’est peut-être pas le seul critère qui entre en compte dans le choix du partenaire amoureux, mais il est suffisamment important pour qu’une femme renonce à se mettre en couple avec un homme qui souffre d’éjaculation précoce.    

Enfin, autre inconvénient : contrairement aux troubles de l’érection, il n’existe aucun médicament pour régler instantanément le problème.

Vous trouverez des préservatifs qui peuvent ralentir l’atteinte de l’orgasme dans une certaine mesure, grâce à une couche de latex rembourrée et/ou de la benzocaïne à l’intérieur (j’en reparlerai plus bas), mais c’est le plus souvent insuffisant pour mettre un terme à l’éjaculation précoce.

Cependant, il existe d’autres solutions qui, surtout si elles sont associées les unes aux autres, peuvent vous permettre de mettre un terme à ce problème.

Ces solutions, nous allons les découvrir à la suite de cet article.

Anxiété et éjaculation précoce

Ce sont souvent les hommes en manque de confiance sexuelle qui souffrent d’éjaculation précoce.

Ce n’est pas par hasard.

L’éjaculation précoce est corrélée à l’anxiété que l’on ressent durant un rapport sexuel.

Quand un homme ressent une forte anxiété – parce qu’il se met une grosse pression pour bien « performer », ou pour une tout autre raison – il a tendance à éjaculer précocement.

C’est quelque chose qui m’est moi-même arrivé, une fois, alors que je n’ai jamais vraiment souffert d’éjaculation précoce dans ma vie.

La seule fois où j’ai éjaculé très vite (à tel point que ça m’a surpris moi-même), c’est lorsque j’ai fait l’amour dans un lieu public.

C’était dans un cinéma, et j’avais peur qu’on nous surprenne ma copine et moi.  

Bien sûr j’étais très excité, mais je ressentais aussi beaucoup d’anxiété !

Du coup j’ai éjaculé en moins de 2 minutes, alors qu’en temps normal je peux tenir une demi-heure les doigts dans le nez…

D’après une théorie évolutionniste, quand nos ancêtres avaient l’occasion de coucher avec une femme, mais qu’ils ressentaient la potentielle menace d’un prédateur pouvant arriver dans leur dos et les tuer, ils parvenaient à éjaculer très vite pour ne pas être trop longtemps vulnérables à une attaque.

J’ignore si la théorie est vraie, mais je peux témoigner qu’en effet, lorsque nous ressentons une forte anxiété durant un rapport sexuel, l’envie d’éjaculer a tendance à venir très vite, souvent quasi instantanément.

Ce n’est pas la seule cause de l’éjaculation précoce, mais c’est souvent la cause majeure.  

Par conséquent, la toute première solution pour mettre fin à l’éjaculation précoce, ou au moins parvenir à durer un peu plus longtemps, consiste à réduire votre anxiété sexuelle.

Il existe maintes façons de le faire :

  1. Vous pouvez pratiquer une activité qui améliore votre gestion émotionnelle, comme la méditation, le yoga ou la sophrologie.
  2. Vous pouvez sélectionner une partenaire sexuelle auprès de laquelle vous vous sentez plus à l’aise, ou avec laquelle vous angoissez moins à l’idée de bien performer (parce que vous n’avez pas l’intention d’en faire sa copine, ou parce qu’elle sait vous mettre en confiance).
  3. Vous pouvez allonger la durée des préliminaires, pour que l’anxiété ait le temps de retombée avant de passager à l’acte.
  4. Enfin, vous pouvez faire de la préparation mentale, avec des outils comme l’hypnose, la PNL ou la visualisation positive.

En bref, tout ce qui peut vous aider à vous sentir moins anxieux durant l’acte sexuel est susceptible de vous aider à durer plus longtemps. 

Vous devriez donc vous intéresser à ces différents moyens de faire baisser votre anxiété.

Gérer son hypersensibilité

Dans bien des cas, l’éjaculation précoce est avant tout causée par le mental : vous êtes très anxieux, alors votre corps fait en sorte que le « boulot » se fasse rapidement.

Mais le problème n’est jamais uniquement mental.

Il est aussi physique.

Parce que si votre pénis n’est pas stimulé, vous n’éjaculeriez pas.    

En fait, votre corps réagit à votre anxiété sexuelle en rendant votre pénis hypersensible pour accélérer la vitesse à laquelle vous êtes capable d’éjaculer.

Et pour certains hommes, le problème peut même être uniquement physique.

Ils ne se sentent pas particulièrement anxieux au moment de l’acte sexuel, mais comme leur pénis n’est pas habitué aux stimuli, il est hypersensible et l’envie d’éjaculer vient très vite aussi.

Quoi qu’il en soit, l’autre manière d’éviter l’éjaculation précoce est de gérer l’hypersensibilité de son pénis.

On peut s’y prendre de 2 manières :

  1. Faire attention à ne pas stimuler trop intensément votre pénis.
  2. Désensibiliser votre pénis.  

J’ai déjà parlé des préservatifs conçus pour durer, grâce à une couche de latex renforcée et/ou à de la benzocaïne – un anesthésiant présent sous forme de gel et qui, en petite quantité, réduit la sensibilité du pénis sans nuire à l’érection. 

C’est une première solution envisageable.

Mais vous pouvez aussi régler votre problème d’hypersensibilité de manière plus naturelle.

Voici quelques solutions…

Adopter les bonnes positions sexuelles pour se prémunir de l’éjaculation précoce

Certaines positions sexuelles stimulent plus que d’autres, et ont donc tendance à vous faire éjaculer plus vite.  

Par exemple :

  • Le missionnaire et la levrette sont deux positions très stimulantes, dans lesquels il est facile de jouir rapidement, même pour un homme qui ne souffre pas d’éjaculation précoce (à condition d’y mettre suffisamment d’intensité).
  • En revanche, la position de la cuillère (quand votre partenaire et vous êtes allongés sur le flanc et qu’elle vous tourne le dos) ou l’Andromaque (votre partenaire est au-dessus de vous), sont deux positions moins stimulantes, dans lesquels il faut généralement plus de temps et d’intensité pour éjaculer.

Afin d’éviter l’éjaculation précoce, vous devez identifier quelles positions sexuelles sont susceptibles de vous faire jouir très vites, et lesquels vous permettent de durer plus longtemps.

Ainsi, quand viendra le moment de faire l’amour à votre partenaire, vous commencerez par adopter une des positions les moins susceptibles de vous faire jouir.

Exemple : vous pouvez démarrer votre rapport sexuel en cuillère plutôt qu’en levrette, ou en Andromaque (elle sur vous) plutôt qu’en missionnaire (vous sur elle).

Ainsi, l’envie de jouir ne viendra pas dès les premières minutes.   

Commencer lentement

Aussi, il est important de faire des va-et-vient très lents durant les premières minutes de la pénétration.

Car c’est durant ces premières minutes que votre pénis est le plus sensible.

Ensuite il s’habitue aux stimuli, devient moins sensible, et vous pouvez intensifier la stimulation.

Pour vous donner un parallèle, c’est comme lorsque votre peau entre en contact avec l’eau froide.

Si vous entrez dans une piscine et que la température de l’eau est bien inférieure à celle ambiante, vous allez le ressentir au début.

Puis votre peau va s’y habituer, si bien qu’en qu’après une minute ou deux, vous aurez beaucoup moins froid dans l’eau.   

C’est pareil la pénétration : au début la sensation va être très intense même si vous n’opérerez pas de va-et-vient rapides.

Puis, après une minute ou deux, votre pénis va devenir moins sensible.  

Beaucoup d’hommes mettent beaucoup d’intensité tout de suite lors de la pénétration.

Si vous êtes hypersensible, c’est une erreur à absolument éviter.

Vous ne tiendrez pas 30 secondes !

Au contraire, vous devriez insérer votre pénis, ne pas faire de mouvement pendant plusieurs secondes (embrassez votre partenaire pendant ce temps-là), puis démarrer les va-et-vient très, TRÈS lentement.

Ensuite, quand la sensibilité se sera amoindrie, vous pourrez aller plus vite sans risquer d’éjaculer dans les secondes qui suivent.

Mais, vous DEVEZ démarrer le plus lentement qui soit.

Et tant pis si vous craignez que ça ennuie votre partenaire !

Si vous souffrez d’éjaculation précoce, c’est fondamental.

Mieux vaut démarrer en douceur et durer, plutôt que démarrer comme une brute et laisser sa partenaire insatisfaite, parce que vous ne lui avez même pas donné 30 secondes de plaisir.  

Renforcer son endurance pour éviter l’éjaculation précoce

Aussi, vous pouvez renforcer votre endurance en dehors de vos rapports sexuels, grâce à la masturbation.

La masturbation est d’abord un excellent moyen de rendre votre pénis moins sensible car, plus il a l’habitude d’être stimulé, que ce soit durant un rapport sexuel ou lors de la masturbation, plus il perd en sensibilité.

Essayez d’arrêter toute stimulation de quelque sorte que ce soit pendant 2 semaines, vous verrez qu’il y a une sacré différence de sensibilité par rapport aux périodes où vous vous masturbez et/ou avez des rapports sexuels très réguliers.

Mais ne vous inquiétez pas, ça ne va pas vous rendre complètement insensible non plus !

Vous allez toujours ressentir du plaisir.

C’est juste que la sensation sera moins intense, ce qui vous permettra d’éjaculer (beaucoup) moins vite.

Une bonne chose à faire serait de vous masturber au moins 10 minutes plusieurs fois par jour.

Ou mieux : 20 minutes si vous en avez la patience.

Faites en sorte de vous retenir.

Plus vous accoutumerez votre pénis à être stimulé longtemps et régulièrement, mieux ce sera pour éviter l’éjaculation précoce.

Mais aussi, c’est l’autre point important, la masturbation aide à mieux connaître votre corps, et en particulier à quel moment l’éjaculation est sur le point d’arriver.

Une seconde à peine avant d’éjaculer, vous ressentez toujours une sensation monter, qui signale que vous êtes sur le point d’éjaculer.

C’est ce que les coachs sexuels appellent le point de non-retour.

C’est le moment où l’éjaculation devient inévitable même si vous arrêtez toute stimulation.

C’est important de connaitre ce point non-retour, pour ne l’atteindre que lorsque vous l’aurez décidé.

Ainsi, vous pourrez contrôler votre éjaculation en stoppant complètement la stimulation avant d’arriver à ce fameux point.

La masturbation est le meilleur moyen d’apprendre à repérer le point de non-retour, et de s’entraîner à s’arrêter avant.

Ensuite, quand vous vous sentirez proche du point de non-retour durant l’amour, il suffira de vous stopper pendant une minute ou deux, le temps que l’envie redescende.

Vous pouvez le faire…

  • Soit en arrêtant complètement la pénétration : vous sortez votre pénis et vous transitionner sur un cunnilingus ou une stimulation avec vos doigts (ou les deux) pendant quelques minutes, pour laisser retomber l’envie d’éjaculer.
  • Soit en restant à l’intérieur de votre partenaire, et en substituant les va-et-vient par des baisers et des caresses. 

Les deux options sont valables.

Consulter un spécialiste

Je viens de vous donner une liste d’actions à mettre en place.

Si vous sélectionnez celles qui vous semblent pertinente par rapport à votre situation, puis que vous les mettez toutes en application, vous devriez pouvoir mettre fin à l’éjaculation précoce.

Peut-être même plus vite que vous ne l’espériez.

Cependant, il y a une infime possibilité que, malgré vos efforts pour mettre fin à l’éjaculation et les conseils que j’ai prodigué ci-dessus, vous ne parveniez pas à solutionner le problème…

Que faudra-t-il faire si vous ne voyez aucune amélioration malgré avoir essayé toutes ces solutions ?

Eh bien, si rien n’a fonctionné – en partant du principe que vous les ayez appliqués correctement –, c’est que le problème est plus profond qu’une simple question d’anxiété sexuelle et d’hypersensibilité.  

Dans ce cas, je vous recommande vivement d’envisager une solution de dernier recours : consulter un sexologue.

À condition bien sûr qu’il soit compétent (mais il n’y a pas de raison qu’il ne le soit pas), un spécialiste pourra vous apporter une aide personnalisée encore plus efficace que tout ce que vous pourriez lire ou entendre sur le sujet.

Je sais, personne n’aime avoir recours à une tierce personne pour ses problèmes sexuels.  

Mais si vous en finir avec l’éjaculation précoce et que rien d’autre n’a fonctionné, vous devez mettre votre ego de côté et de vous confier à un spécialiste.

Malheureusement, on ne peut pas toujours tout résoudre soi-même.

0 Partages

À propos de l'auteur Voir tous les articles

Richard

PickUp Artist et fondateur du site Pickup Alliance j'utilise la science comme outil de développement personnel pour aider les personnes à être plus heureuses dans leur vie personnelle et sentimentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié. Les champs requis sont marqués *