Le développement personnel au service de la séduction

0 Partages

Regarder Le développement personnel au service de la séduction sur YouTube

Les livres et formations de Chrys :

Retranscription :

― Il est 16 heures et c’est l’heure du podcast et du goûter, en compagnie de Chrys du site drague académie.

― Intro pourrie, comme d’habitude.

― Intro pourrie, comme d’habitude.

Mais bon, j’aime bien ces petites intros.

― Tu pourrais faire plus.

LES GRANDS MENSONGES DU DÉVELOPPEMENT PERSONNEL

Reçois ce guide et découvre :

  • Les mensonges légitimes du développement personnel
  • La méthode étape par étape pour te dépolluer entièrement (physiquement et mentalement)
  • Les 3 clés pour atteindre ton véritable rêve ...

― Je pourrais faire plus.

La prochaine fois, je vais essayer de m’améliorer.

Chaque jour, je vais m’améliorer.

Chrys, aujourd’hui, de quoi allons-nous parler ?

― Écoute, je n’en sais rien du tout.

― Tu n’en sais rien du tout.

― Ah ouais.

― Très bien.

― Je ne me rappelle même plus.

Tu m’as parlé d’attraction, de développement personnel.

― C’est ça.

On va parler d’attractivité, de développement personnel.

― Un sujet précis.

Le développement personnel est-il utile pour mieux séduire ?

― Est-ce que le développement personnel est-il obligatoire en séduction ?

Est-ce qu’on est obligé vraiment toujours d’apprendre le développement personnel pour mieux séduire ?

― Déjà, il faudrait définir qu’est-ce que le développement personnel ?

Est-ce que c’est se développer soi ou est-ce que ce sont des trucs un peu relou ?

― Pour moi, c’est devenir un peu une meilleure version de soi-même.

― Dans ce cas-là, oui.

C’est clair que ça aide pour la séduction.

― Du coup, est-ce que ça donne de l’attractivité ?

― Oui, et je dirais même que l’attractivité vient essentiellement de ça.

L’attractivité, c’est quelque chose qu’on a déjà et qu’on démontre aux femmes.

Ce n’est pas quelque chose que l’on improvise quand on discute avec elles.

― C’est ça.

C’est quelque chose qu’on a acquis au fur et à mesure des expériences.

― Ouais, bien sûr.

C’est exactement comme, par exemple, tu as un examen.

Tu as une disserte à faire sur un sujet quelconque.

Et là, en fait, tu étales les compétences que tu as déjà acquises en amont.

― Tu ne vas pas les inventer.

― Exactement.

― Ce n’est pas du bluff.

― L’inspiration ne va pas venir du ciel.

C’est des trucs que tu as déjà appris en amont ou des réflexions que tu as déjà eu en amont et que tu peux gratter sur le papier.

 La séduction, c’est un peu pareil.

C’est-à-dire que la fille, si tu veux lui montrer que tu as confiance en toi, si tu veux dégager du charisme, si tu veux être à l’aise, il faut déjà que tu aies développé la confiance, le charisme et l’aisance.

Comment se développe t’on personnellement ?

― Ça vient avec l’expérience, au fur et à mesure des approches, mais aussi des expériences passées avec nos amis, la famille, les voyages.

Il y a plein de choses qui font qu’on se développe.

― Déjà, il y a des compétences qu’on peut développer de diverses manières, rien qu’en étant sociable.

En sortant beaucoup, on a le contact plus facile avec les gens.

Si tu te mets à faire du public speaking, tu deviens un conférencier, tu auras plus de facilités aussi à t’exprimer face aux gens.

― C’est vrai que la compétence sociale et la tchatche avec les filles, on pense toujours qu’il faudrait toujours aller voir les filles pour l’acquérir alors qu’au final, on peut très bien aller voir des groupes de personnes qui soient juste des mecs ou comme tu dis, faire du speaking…

― Ouais, des conférences.

― Ouais, des conférences.

Il y a plein d’autres moyens.

― Faire du théâtre d’impro.

― Du théâtre d’impro.

― Du théâtre, tout court.

― Ouais du théâtre, tout court.

Il y a plein de moyens de développer cette compétence.

Il n’y a pas juste en allant voir des filles.

― Tu vois, par exemple, en prenant l’exemple du théâtre, ce n’est pas du développement personnel à proprement parler, mais c’est quelque chose qui te développe personnellement, finalement.

Donc, il y a un tas de choses, d’activités qui ne font pas forcément partie du développement personnel, mais qui te développent.

Et il n’y a pas besoin de se fourvoyer dans le développement personnel avec les séminaires sur la confiance en soi pour développer sa confiance en soi, pour développer des compétences qui t’aident à être plus attirant auprès des femmes.

― Donc pour toi, il n’y a pas besoin d’un gourou qui nous apprenne à nous développer.

As-t-on besoin de faire appel à un coach en développement personnel ?

― Si ça t’aide, si ça te permet de te développer, d’être plus sûr de toi, pourquoi pas.

Tous les moyens sont bons, mais ce n’est pas absolument nécessaire.

Moi, dans mon entourage en tout cas, parmi les hommes qui plaisent beaucoup aux femmes, il y en a très peu, pour ne pas dire aucun, qui ont eu ce genre de parcours.

Il y en a sans doute quelques-uns dans la communauté qui sont passés par là pour devenir des dragueurs plus aguerris et pour pouvoir attirer davantage les femmes.

Mais je pense qu’il y en a beaucoup, c’est soit inné.

Je pense qu’aussi le physique, ça joue pas mal, parce que quelqu’un qui est beau à la base, il prend davantage confiance en lui, notamment avec les femmes.

Du coup, il se sent à l’aise avec les femmes et en confiance.

Il n’y a pas que ça.

Il y a des gens qui ont réussi, je ne sais pas, dans l’entrepreneuriat par exemple, et qui dégagent beaucoup de confiance et qu’ils le transmettent aux femmes.

Donc, il y a plusieurs manières, expérimenter le succès en général, un succès sportif.

Ça te permet de gagner confiance en toi.

Puis derrière, tu le transmets aussi aux femmes.

Donc, le développement personnel en fait, se développer soi, c’est important et je dirais même plus que c’est essentiel.

Mais le développement personnel tel qu’on l’entend, ce n’est pas assez optionnel.

Le fake it till you make it il es-il vraiment utile ?

― Pour toi, on en revenait par rapport à un principe, le fake it till you make it, au final, pour toi, ce serait un peu biaisé d’utiliser.

Parce qu’au final c’est un truc qu’on utilise un petit peu sur l’instant en disant : mentalement, je vais me visualiser en étant un mec alpha, un mec sûr de moi, confiant, qui sait parler aux femmes.

Certes, ça peut marcher sur le moment, mais comme on a dit la dernière fois, tout de suite, les femmes vont le remarquer et ça va faire un fake finalement.

― Faire plus fake que you make it.

― Alors que si on apprend sur le tas en faisant des erreurs, l’échec n’est pas une mauvaise chose en soi.

Donc si on apprend de nos échecs au fur et à mesure, on va se développer un truc naturellement.

― Puis surtout finalement, en fait, tu ne peux pas démontrer ce que tu n’as pas.

Donc tu as beau essayer de simuler la confiance que tu n’as pas, ça ne le fera pas.

Après, si tu es dans un bon state, comme on dit, si tu as de l’énergie, ça peut fonctionner.

Tu peux vraiment dégager de la confiance temporairement.

Mais globalement, si tu n’as pas, on ne peut pas démontrer ce qu’on n’a pas.

Tu ne peux pas imaginer que juste en faisant semblant d’être quelqu’un qui s’exprime bien, réussir à bien t’exprimer devant une personne, il faut avoir les compétences pour ça.

― Ouais, totalement.

Moi, ça m’a quand même permis le fake it till you make it de vaincre un petit peu ma peur de l’approche en me disant : je suis un mec confiant, je sais aborder les femmes, les femmes m’adorent.

Enfin, je me mettais en condition mentale.

― Mais la différence, c’est que tu utilises le fake it till you make it comme des suggestions.

Tu n’essaies pas de prouver à la fille que tu as ces qualités-là en utilisant le fake it till you make it.

― Ça peut jouer aussi sur la posture.

― Oui, quand tu arrives peut-être.

Oui, parce que tu changes un petit peu ton état interne.

― Et vu que ce qui se passe dans le cerveau, c’est la retranscription physique.

― Puis quand tu arrives, tu te sens mieux.

Oui, c’est clair.

Non, mais c’est bien le make it till you make it quand tu es tout seul chez toi, tranquille.

C’est bien.

Parce que oui, c’est un outil de suggestion.

En fait, c’est un exercice d’auto suggestion presque de visualisation où tu vas t’imaginer avec ces compétences, tu vas essayer de trouver la sensation du mec qui a ces compétences.

― Du mec alpha, du mec attirant.

― De t’imaginer.

C’est un exercice presque d’autohypnose finalement.

― Et ça peut devenir un automatisme au final.

― Ça peut.

En fait, à force de le ressentir, tu peux t’approprier ces émotions que tu ressens, un peu comme l’ancrage en PNL.

Mais si tu le fais uniquement comme une sorte de « technique de séduction » pour essayer de séduire les nanas, ça ne marche pas.

― Encore une fois, ça va être l’expérience, ça va être de toujours reproduire des actions, des actions, des actions pour au final vraiment s’approprier un comportement, des caractéristiques qui vont être perçues comme attirantes vis-à-vis des femmes.

C’est ça.

Est-ce que Chrys a acheté des formations en développement personnel ?

― Est-ce que toi personnellement tu as acheté des formations ?

Est-ce qu’à un moment donné dans ta vie tu as suivi des conseils de dév perso ou pas ?

― J’ai suivi des formations.

Je suis abonné à des sortes de masterclass, comme il en existe maintenant sur internet.

Mais le but c’est plus un enrichissement personnel que pour développer mon attractivité avec les femmes.

Parce que finalement j’ai pris ce truc, parce qu’il n’y avait pas mal de séminaires sur divers trucs, la mémoire, la confiance en soi, en effet, mais pas que et c’est plus dans une démarche de culture générale.

― Est-ce que c’est vrai que les formations aujourd’hui, elles sont vendues avec comme promesse, on va dire, d’accélérer ton développement personnel ?

Tu vois te dire : avec ma formation, tu vas gagner dix années.

― Je pense que la plupart des formations de développement personnel ne se vendent pas comme des formations de développement personnel.

Le mec qui vend sa formation, il ne va pas te dire : tiens, je te vends une formation de développement personnel.

Il y a toujours un but derrière.

Ça peut être le succès.

Ça pourrait être le succès avec les femmes par exemple.

Mais ça peut être aussi le succès entrepreneurial, un tas de choses.

Et c’est le bénéfice qu’il va mettre en avant.

En fonction de ça, tu peux faire du développement personnel sans chercher spécialement à ce que ce soit pour booster ton attractivité, mais que ça t’aide à booster ton attractivité.

Moi d’ailleurs, la plateforme que je fréquente, c’est un peu une plateforme, un peu comme Netflix où il y a un tas de petites formations.

Ça s’appelle Mentor Show et c’est sympa.

Je paye à l’année.

J’avais une petite réduction, je paye 69 € à l’année.

Alors, je crois qu’en temps normal, c’est un peu plus cher.

Mais c’est sympa.

Il y a plein de petites masterclass.

― J’en avais pris une effectivement avec le fondateur de Blablacar.

C’est très intéressant.

Mais après, encore une fois, tu as beau lire ou visionner des cours sur le développement personnel, si tu n’appliques pas derrière, ça ne sert strictement à rien.

― Comme tout.

― C’est terrible.

Mais le problème, c’est ça.

Donc, tu as beau acheter des formations, si tu veux juste la visualiser et la lire, bref, c’est jeter l’argent par les fenêtres.

Encore une fois, c’est l’action qui va faire que…

― Tout à fait.

― Sur ce, je pense qu’on va en finir là.

Je pense que c’est bien, c’était une petite intro et les bases du développement personnel.

― Parfait.

― Nickel.

Sur ce, mes chers players, si vous avez aimé ce podcast, je vous invite à le liker et à le partager.

Je vous mettrai aussi les liens vers les formations de Chrys et son site internet en description.

Sur ce, je vous dis à la prochaine dans une nouvelle vidéo.

― Ciao !

0 Partages

À propos de l'auteur Voir tous les articles

Richard

PickUp Artist et fondateur du site Pickup Alliance j'utilise la science comme outil de développement personnel pour aider les personnes à être plus heureuses dans leur vie personnelle et sentimentale.

>
Success message!
Warning message!
Error message!