La panne sexuelle : causes, conséquences et traitements

panne sexuelle

D’après une étude menée entre le 4 et le 15 novembre 2003 sur 1000 français de plus de 35 ans, 42 % des hommes ont déjà connu une panne sexuelle.

Cette même étude a démontré que la panne sexuelle touchait également les femmes à hauteur de 38 % (source : Doctissimo.fr).

Le problème est donc loin d’être un cas isolé.

Et pourtant, ce phénomène plutôt courant reste encore très tabou dans notre société.

Les hommes sont particulièrement frileux à ce sujet, tant la pression de la performance sexuelle pèse sur leurs épaules.

Mais si elle n’est pas traitée, la panne sexuelle peut vite devenir un véritable handicap.

Alors comment identifier les causes de ce problème, et comment y mettre fin ?

Toutes les réponses aux questions que vous vous posez se trouvent dans ce dossier.

Qu’appelle-t-on panne sexuelle ?

Le terme de panne sexuelle désigne une incapacité à avoir une relation sexuelle.

Chez l’homme, elle se matérialise le plus souvent par un dysfonctionnement érectile, ou trouble de l’érection.

Elle ne doit toutefois pas être confondue avec celui-ci.

Pour différencier la panne sexuelle d’un vrai trouble de l’érection, il faut se pencher sur l’érection matinale.

Si cette dernière persiste, il s’agit bien d’une panne sexuelle temporaire.

Dans le cas contraire, on peut alors parler de dysfonctionnement érectile (source : pourquoidocteur.fr).

La panne sexuelle peut être occasionnelle, et survenir de temps à autre lors d’un rapport sexuel.

Elle peut aussi se répéter jusqu’à survenir à chaque rapport.

Par ailleurs, il faut savoir que la panne sexuelle ne concerne pas que les hommes.

La panne sexuelle est-elle l’apanage des hommes ?

Contrairement aux idées reçues, la panne sexuelle n’est pas l’apanage de la gent masculine.

En effet, les femmes aussi peuvent être un jour touchées par une panne sexuelle.

C’est d’ailleurs ce que rappelle l’étude sur les points cardinaux de la sexualité des français évoquée en introduction.

Souvenez-vous : selon cette étude, 38 % des femmes ont reconnu avoir déjà souffert de panne sexuelle.

Elle ne se matérialise tout simplement pas de la même façon.

Chez un homme, l’érection est un phénomène mécanique.

La panne sexuelle est donc facile à identifier, puisqu’il s’agit la plupart du temps d’une absence d’érection.

Mais chez la femme, les choses sont un peu plus compliquées.

Si l’absence de lubrification pourrait être interprétée comme un signe, ce n’est pas aussi simple que cela.

En effet, le corps réagit différemment en fonction des femmes, et toutes ne connaissent pas la même lubrification lors de l’excitation.

Certaines peuvent avoir envie de faire l’amour sans que leur corps ne suive.

A contrario, d’autres peuvent connaître une panne sexuelle alors que leur corps est prêt à la relation sexuelle.

Identifier une panne sexuelle chez une femme est donc beaucoup plus fastidieux.

C’est pourquoi il est essentiel de se pencher sur les différentes causes de ce problème.

Panne sexuelle : les causes

On classe les causes de la panne sexuelle en deux catégories.

D’un côté, les causes psychologiques, qui sont les plus fréquentes.

Et d’un autre côté, les causes physiques, qui sont plus rares mais qui existent bel et bien.

Si la panne sexuelle est le plus souvent d’ordre psychologique, il est toutefois nécessaire d’éliminer un éventuel trouble d’origine physique.

En l’occurrence, elle peut être liée à un dysfonctionnement érectile purement hormonal.

C’est notamment ce qui se produit en cas d’andropause, c’est-à-dire une diminution de la testostérone.

Ce trouble touche souvent les hommes âgés, ou qui ont subi une opération de la prostate par exemple (source : pourquoidocteur.fr).

Le dysfonctionnement érectile responsable d’une panne sexuelle peut également être causé par le diabète, l’hypertension ou l’obésité.

Si ces causes d’ordre physique sont bien réelles, elles ne doivent pourtant pas occulter la dimension psychologique de la panne sexuelle.

La dimension psychologique de la panne sexuelle

Que ce soit chez l’homme ou chez la femme, la panne sexuelle est le plus souvent d’origine psychologique.

Bien que certains sous-estiment l’impact de l’esprit sur le corps, ce dernier existe bel et bien.

Et c’est bien souvent quelque chose qui nous dépasse.

La panne sexuelle résulte la plupart du temps d’un blocage de l’esprit, qui va lui-même bloquer le corps.

Encore une fois, le problème est facile à cerner chez un homme, tant l’érection est un acte mécanique.

Mais c’est évidemment beaucoup moins facile chez une femme.

Un tel blocage peut trouver sa source dans de nombreuses causes différentes.

Il peut notamment s’agir d’un traumatisme sexuel, comme un viol ou une agression par exemple.

Sans aller jusque là, une seule mauvaise expérience avec un partenaire précédent peut entraîner une panne sexuelle.

Mais la cause majeure de la panne sexuelle chez l’homme comme chez la femme, c’est le stress.

Une étude menée par l’Ifop du 17 au 19 septembre 2018 a en effet avancé que le stress serait à l’origine de 65 % des problèmes érectiles (source : my-pharma.info).

Mais ce n’est pas tout : le stress serait également la source de 70 % des problèmes de désir sexuel.

Il faut en effet savoir que le manque de désir est à la base de beaucoup de pannes sexuelles, chez l’homme comme chez la femme.

Il n’est pas rare de ressentir une baisse de désir temporaire.

C’est même souvent le cas durant l’hiver par exemple, où notre corps entre dans une sorte de stase pour se préserver de la rudesse des éléments.

Une trahison telle que l’infidélité peut également induire un dégoût de l’autre, et donc un manque de désir.

Dans la majorité des cas, le désir revient spontanément, et la panne sexuelle disparaît.

Mais si ce n’est pas le cas, on risque alors d’entrer dans un véritable cercle vicieux.

Le cercle vicieux de la panne sexuelle

Il est important de comprendre qu’une panne sexuelle de temps en temps a peu, voire pas d’impact du tout sur la sexualité.

Ce qui est plus délétère en revanche, c’est la répétition de ces pannes sexuelles.

Une panne qui se reproduit fréquemment, voire même à chaque rapport sexuel, peut en effet avoir des conséquences désastreuses.

Et ces conséquences n’affectent pas uniquement la sexualité.

La répétition des pannes sexuelles impacte également la confiance en soi chez l’homme.

Ceci s’explique par le fait que la société met une pression énorme aux hommes par rapport à leur sexualité.

L’idée selon laquelle un homme impuissant n’est pas suffisamment viril est copieusement nourrie.

Si bien qu’un homme qui souffre de pannes sexuelles à répétition perd peu à peu confiance en lui.

Or, plus il perd confiance, et plus il a de chances de connaître une panne sexuelle.

C’est bien là le fameux cercle vicieux de ce trouble sexuel.

Mais il y a pire encore.

Si l’origine de la panne sexuelle n’est pas traitée, ce problème peut même conduire à l’aphrophobie.

La peur de faire l’amour est en effet une conséquence fréquente des problèmes de panne sexuelle.

Et dans ce cas, le problème risque fort d’impacter non plus seulement celui qui en souffre, mais également son couple.

Des conséquences délétères pour le couple

La panne sexuelle ne concerne pas que l’homme ou la femme qui la subit.

Son partenaire de vie est aussi négativement impacté.

Environ 20 % des hommes qui constatent une panne sexuelle chez leur partenaire déclarent s’en inquiéter.

Ce chiffre monte à 23 % pour les femmes qui l’observent chez l’homme avec lequel elles sont en couple (source : Doctissimo.fr).

La panne sexuelle entraîne souvent une remise en question de la part du partenaire.

Ce dernier se demande pourquoi son conjoint ne le désire plus, et ce qu’il a fait de mal pour qu’une telle chose se produise.

Mais dans beaucoup de cas, le partenaire n’y est pour rien.

Et c’est justement ce qu’il y a de plus frustrant dans la panne sexuelle : l’absence de coupable.

Une étude de l’Ifop en collaboration avec les laboratoires Lilly a mis en emphase ces conséquences néfastes sur le couple.

Ainsi, on estime qu’un quart des femmes remet en question les sentiments de son partenaire.

De même, un tiers d’entre elle pense que quelque chose ne va pas dans son couple lorsque le conjoint souffre de panne sexuelle (source : passeportsanté.net).

La panne sexuelle est donc très loin d’être anodine dans un couple.

Et il est impératif de ne pas laisser le problème s’installer, sous peine de voir les choses se dégrader rapidement.

L’acceptation, un premier pas vers la résolution du problème

La panne sexuelle fait partie intégrante de la sexualité, et tout le monde peut y être confronté.

Mais cette réalité n’est pas toujours facile à accepter, en particulier pour les hommes.

Toujours d’après l’étude Ifop / Laboratoires Lilly menée en 2018, environ 25 % des hommes souffrant de pannes sexuelles n’en parlent pas à leur partenaire.

Là encore, la responsable est la société moderne, et l’obsession de la performance sexuelle qu’elle véhicule.

Si bien que la panne sexuelle est considérée comme quelque chose d’honteux et de tabou.

Or, il n’en est rien : en effet, il ne faut pas oublier que le problème est relativement commun.

Il faut donc accepter l’idée de souffrir de panne sexuelle de temps à autre.

L’acceptation est une première étape indispensable, qui va aider celui qui en souffre à mettre des mots dessus.

Et il n’y a qu’en communiquant à ce sujet que le tabou va être brisé.

Communiquer est encore plus important au sein du couple, où chacun a son rôle à jouer.

Celui ou celle qui souffre de panne sexuelle doit surmonter ses craintes, et être capable d’en parler en toute franchise.

Quant au ou à la partenaire, il ou elle doit être capable de dédramatiser et de rassurer l’autre.

Ce n’est qu’à ce prix que la panne sexuelle pourra être endiguée.

Résoudre un problème de panne sexuelle en améliorant sa qualité de vie

L’hygiène de vie est au coeur d’une sexualité épanouie.

Et connaissant le pouvoir de l’esprit sur le corps, il est tout à fait logique que le stress cause des pannes sexuelles.

Les soucis au travail, la routine de la vie de couple ou encore les problèmes financiers sont souvent pesants.

Et il est parfois difficile de s’en échapper et de se vider la tête.

Il faut pourtant parvenir à mettre tous ces soucis de côté pour avoir une chance de résoudre un problème de panne sexuelle.

Cela peut notamment passer par une activité sportive, très bénéfique à tout point de vue.

Le sport entraîne en effet la sécrétion d’endorphines, une hormone anti-douleur qui aide à lutter contre l’anxiété.

Une étude menée par l’université d’Harvard va même plus loin dans les bénéfices du sport.

D’après cette étude, les hommes qui pratiquent au moins 30 minutes d’activité physique par jour présentent 2,5 fois moins de risque de souffrir de panne sexuelle (source : Université d’Harvard).

La méditation peut également constituer un bon remède au stress.

Par ailleurs, le manque de sommeil joue plus ou moins dans la survenue de panne sexuelle.

Il faut donc veiller à dormir suffisamment, mais aussi à se nourrir convenablement.

Le surpoids et l’obésité sont en effet intimement liés aux troubles de l’érection chez l’homme.

De bonnes habitudes alimentaires vont donc participer activement à la résolution du problème.

Comment traiter une panne sexuelle d’ordre physique ?

Dans certains cas, la panne sexuelle peut avoir une origine physique.

Il est alors possible de mettre en place un traitement médicamenteux destiné à corriger le problème.

Le plus connu de ces traitements est sans doute le fameux viagra, qui permet de lutter contre les troubles de l’érection.

La thérapie par injection intra-caverneuse est préconisée lorsque les traitements oraux ont échoué.

Mais s’ils sont efficaces, ces traitements ne doivent pas être pris à la légère.

Il doivent en effet être prescrits par un médecin, qui en évaluera le rapport bénéfice / risque avant toute prescription.

De plus, ce genre de médication ne peut fonctionner qu’en l’absence de cause psychologique à la panne sexuelle (source : pourquoidocteur.fr).

Panne sexuelle : et si rien ne fonctionne ?

Malheureusement, il arrive parfois que la panne sexuelle persiste malgré les efforts.

Ce genre de cas se rencontre généralement quand la personne qui en souffre n’arrive pas à communiquer.

Elle se renferme sur elle-même, enfermant son problème de panne sexuelle avec elle.

Il ne faut donc pas hésiter à consulter un professionnel : psychologue, sexologue, etc.

Ces derniers pourront aider à trouver la cause de la panne, lorsque celle-ci est d’ordre psychologique.

Ils pourront ainsi mettre en place une thérapie adaptée.

À propos de l'auteur Voir tous les articles

Richard

Richard

PickUp Artist et fondateur du site Pickup Alliance j'utilise la science comme outil de développement personnel pour aider les personnes à être plus heureuses dans leur vie personnelle et sentimentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié. Les champs requis sont marqués *